• Karine

Canal de Panama

Dernière mise à jour : août 22

Le canal de Panama sépare le continent américain en 2 parties, comme avant la création de l’isthme panaméen, mais unit en même temps 2 océans, permettant à tous types de navires (en fonction de leur taille) d’éviter de passer par les fameux Cap Horn et Détroit de Magellan.


J’aborderai ici des généralités concernant le canal. Différents posts à venir traiteront plus en détail les parties historique, données, évolution, etc



Petit historique

Sans le train, le canal n’aurait pas pu être construit à cette époque



Fonctionnement

Le canal de Panama est un canal à écluses, comme il y en a beaucoup en Europe. Il mesure 80km et se situe à environ 27m au-dessus du niveau de la mer.

Les premières écluses, construites par les Américains, sont au nombre de 2 côté Pacifique, au sud, et d’1 côté Atlantique, au nord. Les écluses au sud, près de Panama City, sont Miraflores avec 2 niveaux et Pedro Miguel avec un niveau. Celles au nord, vers Colon, s’appellent Gatun (comme le lac Gatun) avec 3 niveaux.

Les dernières écluses, construites par les Panaméens avec l’aide de professionnels du monde entier, sont au nombre total de 2 : 1 de chaque côté, à proximité des plus anciennes. Chaque écluse a 3 niveaux.

Ces niveaux permettent de passer du niveau 0 de l’océan vers un niveau supérieur pour traverser le pays, puis redescendre par le même principe de l’autre côté. Pour simplifier, il s’agit d’un ascenseur d’eau pour bateaux. Les bateaux sont obligés de « monter » pour traverser l’isthme à cause de la chaîne de montagnes qui traverse le pays.

Contrairement à ce que l’on pense, l’eau dans le canal de Panama est de l’eau douce puisque celui-ci est alimenté par plusieurs cours d’eau qui viennent des montagnes avoisinantes, le principal étant le fleuve Chagrès, qui a posé beaucoup de problèmes aux Espagnols et aux Français !

Pour traverser le canal, vous pouvez attendre qu’un créneau se libère, réserver ou bien participer à des enchères pour assurer votre passage comme prévu.



Quelques données

selon le dernier rapport 2019-2020 :

  • Quantité moyenne de PostPanamax par jour, sur un mois : 10 bateaux ;

  • Nombre total de bateaux ayant traversé le canal : un peu plus de 13 000 ;

  • Les USA sont le premier pays en termes de provenance et de destination des bateaux;

  • Chiffre d’affaires tous revenus confondus, malgré la pandémie : 3 443 millions de USD ;

  • Revenus des péages, représentant les 3/4 des revenus totaux : 2 663 millions de USD ;

  • Impôts payés au gouvernement sur cette année fiscale : 1 824 millions de USD ;

  • Nombre de salariés : 9 510 hommes et femmes ;

Autres données :

  • Péage : le moins cher fut payé en 1928, par un Américain : il a traversé le canal à la nage et a payé 0,36 USD à l’époque ;

  • Le plus élevé payé jusqu’à maintenant fut en mai 2017 pour un porte-conteneurs : un peu plus d’un million de USD ;

  • 19 fonctions différentes sont impliquées dans la traversée d’un bateau, depuis la réservation jusqu’au transit ;

  • Temps moyen de traversée en ayant réservé : de 8 à 10 heures ;

  • Le canal fonctionne 24h/24, 7j/7.



Problématiques

L’Autorité du Canal de Panama (ACP) est confrontée à un problème récurrent : le manque d’eau de plus en plus notable chaque année.

Panama bénéficie d’un climat tropical humide avec 8 mois de pluie environ par an et des retenues d’eau ont été créées pour l’approvisionnement en eau du canal. Malgré cela, le niveau du canal diminue chaque année et parfois n’atteint pas son niveau normal d’environ 27 m.

Quel impact a ce manque d’eau ? Les navires les plus gros chargés complètement risquent de rencontrer des problèmes lors de leur traversée : il faut donc diminuer la partie immergée (le tirant d’eau) en retirant des marchandises du navire pour une traversée en toute sécurité.


L’ACP fait face à une concurrence bien présente : d’une part, le canal de Suez (sans écluse) et d’autre part, certains ports, notamment de la côte Ouest des USA, les deux ayant une capacité d’accueil de porte-conteneurs supérieure à celle du canal de Panama. Ce dernier peut recevoir jusqu’à 13 000 TEU alors que les premiers vont jusqu’à 18 000 TEU pour les porte-conteneurs. Pour les bateaux venant d’Europe, ils peuvent donc décharger leurs marchandises sur la côte Est, les faire traverser le pays en train et les réembarquer sur la côte Ouest, par exemple.


La fluctuation du prix du pétrole joue également sur la décision de traverser le continent par le canal ou non. Quand le prix baisse, certaines compagnies préfèrent passer par les détroits et caps tel le Cap Horn plutôt que de payer le péage d’un canal.



Autres aspects

L’ACP ne gère pas seulement la traversée des bateaux dans le canal. La production et revente d’énergie, la réparation de bateaux et services associés, des parcs logistiques et le stockage de gaz font partie des autres activités, à titre d’exemples.


Les 2 ports de Panama, en relation avec le canal, se situent à chaque entrée/sortie de celui-ci. Ils sont conçus pour accueillir des véhicules (bateaux RoRo), des produits frais et des conteneurs parmi les atouts importants d’un port. Le train interocéanique arrive dans ces 2 ports, ce qui facilite le transfert de conteneurs ou autres marchandises d’une côte à l’autre, si le navire n’a pas à traverser le canal mais sa marchandise si.


Enfin, les pavillons de complaisance des bateaux ne sont pas gérés par l’ACP mais par l’Autorité Maritime Panaméenne. Officiellement, Panama est plus attentif à l’état des bateaux qui demandent le pavillon afin de réduire les amalgames entre le pays et les propriétaires peu scrupuleux de l’état de leur(s) bateau(x).



Psittt : pensez à contacter JL Tours via le site www.aypapaaa.com pour vous organiser une excursion sur le thème du canal de Panama : simple visite des écluses, traversée du canal, journée à thème, contactez-les sans hésiter ! ;-)



7 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout